Pub_guinéegame Pub_guinéegame

Seydouba Soumah : de simple jongleur à footballeur professionnel

1

La carrière d’un footballeur sait prendre parfois des trajectoires très particulières. Avant de connaître le bonheur, les footballeurs luttent souvent contre vents et marées surtout pour ceux qui démarrent en Afrique. Seydouba Souma, c’est l’histoire d’un jeune joueur au parcours très atypique.

Aujourd’hui chouchou du public guinéen, Seydouba Soumah est parti presque d’un rien pour en arriver là. Invité de l’émission « Face à l’Info » de la radio Nostalgie FM, celui qui est plus connu sous le sobriquet de « Konkolet » a bien voulu revenir sur son parcours. Un chemin long et parsemé d’embuches qu’il a su néanmoins emprunter pour arriver à son rêve : devenir footballeur professionnel et revêtir les couleurs de son pays.

Le freestyle, point de départ

Jeune joueur habitant le quartier de la Belle-vue, Seydouba Soumah est comme ses copains d’âge à l’école du football de rue. Il passe son temps à jouer sur les terrains poussiéreux de la Sainte-Marie de Dixinn et du stade annexe du 28 septembre tout en carressant le rêve de devenir un jour un grand footballeur. Il embrasse vite le freestyle et anime les matchs du championnat par des gestes qu’on ne voyait habituellement qu’à la télévision.

En 2005, alors qu’il a 14 ans, le sort tape à sa porte lors d’une aventure du Fello Star de Labé en ligue des champions africaine. Battu (2-0) à l’aller le Fello reçoit deux semaines plus tard l’Ajax Cape Town en match retrour des huitièmes de finales. Un événement improbale arrive, « Je quittais l’entraînement avec un pote qui m’a dit de venir avec lui regarder l’entraînement de l’Ajax Cape Town. Je suis venu avec mon ballon et j’ai commencé mon freestyle. Soudainement, leur président de club m’a appellé et a commencé à me poser des questions. Il m’a demandé s’il pouvait me voir dans le jeu, j’ai dit oui il n’y a pas de problème. Je suis allé rejoindre l’équipe qui s’entraînait. En suite, il m’a donné rendez-vous le lendemain. Le jour du match à la mi-temps, j’ai commencé à faire mon freestyle et après le match, nous sommes partis à l’hôtel pour discuter. Ils (NDLR, les dirigeants de l’Ajax) voulaient que je voyage avec eux le même jour mais mon frère a dit que j’étais petit. Il leur a demandé d’aller et qu’on allait négocier après » raconte-t-il. Il s’envolera finalement deux ans plus tard pour l’Afrique du Sud.

Le périple Sud-Africain

Arrivé en Afrique du Sud , il rejoint directement le centre de formation de l’Ajax Cape Town. Il y passera trois années de pige avant d’être prêter en D2 sud-africaine. En Afrique du Sud, Seydouba Soumah a eu du mal à s’imposer avec l’Ajax Cape Town. Entre 2008 et 2010, il a connu deux prêts à Ikapa Sporting et au FC Cape Town (tous en D2). Au cours de la saison 2010-2011, il découvre la première division avec l’Ajax Cape Town. Il dispute dix rencontres et inscrit un but. Malgré ce debut à 19 ans , il sera finalement transféré à l’University de Pretoria (D2) avec qui il terminera champion. Pour Seydouba Soumah, son problème à l’Ajax s’appellait Tulani Serrero (actuel milieu de terrain de l’Ajax d’Amsterdam) que son entraîneur d’alors voulait lancer, « On jouait au même poste donc il (le coach) ne voulait pas que je joue devant le gars. Ils ont préféré que le sud-africain joue devant moi ».

Après avoir passé quatre ans (2008-2012) en Afrique du Sud, Seydouba Soumah voulait désormais changer d’air. A 21 ans, il quitte le pays de Nelson Mandela pour une aventure en Europe.

L’aventure européenne

En 2012, Konkolet traverse l’Atlantique pour attérir en Slovaquie. Un pays certainement idéal pour un jeune joueur de sa carrure. Il rejoint le FC Nitra en première division et au bout de six mois, il avait marqué les esprits comme il le rappelle, « J’ai fais six mois et puis tout le monde a commencé à parler de moi. Il y avait des clubs qui voulaient de moi en Autriche, en Slovaquie et en République Tchèque ». Le choix tombera finalement sur le club phare de la Slovaquie, le Slovan Bratislava qui l’engage en décembre 2012 pour une durée de quatre ans et demi. L’arivée au Slovan est un tournant déicisf dans la carrière de Konkolet qui remporte un titre de champion et qui découvre la ligue europa en octobre 2014 face au Napoli. Depuis le debut de la saison, le jeune attaquant guinéen est à 6 réalisations et occupe la quatrième place du classement des buteurs.

La réalisation du rêve

Après avoir réussi à se frayer un chemin, Seydouba Soumah va savourer le plaisir de revêtir les couleurs de son pays, son rêve d’enfance. En juin 2013, il dispute son premier match officiel avec le syli contre le Mozambique. Son premier but, il le fêtera trois mois plus tard face à l’Egypte à El Gouna lors d’une défaite (4-2) de la Guinée.

Convoqué régulmièrement par Michel Dussuyer, Konkolet devient un joueur de plus en plus important au sein du syli national. Durant la phase qualificative à la CAN 2015, il éblouit le monde en terminant deuxième meilleur buteur des éliminatoires avec 5 réalisations. Il contribue notamment au large succès (1-4) de la Guinée contre le Togo en réalisant un triplé. Pour Seydouba Soumah, cette performance individuelle est le fruit d’un dur labeur, « Ce n’était pas facile d’être deuxième meilleur buteur des éliminatoires de la CAN 2015. En fait, c’est le travail qui paie et j’ai travaillé pour être là ».

Après avoir découvert l’Europe, la ligue europa et acquis une toute petite expérience internationale, Seydouba Soumah s’en va tout droit vers sa première Coupe d’Afrique des Nations qu’il disputera en janvier prochain en Guinée Equatoriale à l’âge de 24 ans. Le chemin a été long, mais au bout le rêve est réalisé. A présent, place à l’avenir qui nous dira quel genre de joueur pourra-t-il devenir. Un grand ou un éternel espoir…

Thierno Amadou MAKADJI

 

Share.

About Author

FOOT 224

FOOT224, un site d'information en continu sur le football guinéen. Retrouvez les statistiques de chaque club guinéen, les interviews d'avant et après match, et tout ce qu'il vous faut sur le syli national de Guinée et les joueurs guinéens évoluant dans les quatre coins du monde.

Un commentaire