Pub_guinéegame Pub_guinéegame

Soumba FC : le club du bénévolat

2

Cela peut paraître surréaliste, inimaginable ou incroyable, mais ça reste une triste réalité du football Guinéen dans lequel bien sûr  l’arbre cache la forêt. Coup de projecteur sur ce club qui à l’antipode du cercle très restreint de clubs nantis, vivote et traverse chaque jour dans une galère inouïe.

Admis cette année en ligue 1, le FC Soumba a surpris bien d’observateurs en cette phase aller en se classant 6e et en réussissant l’exploit de faire chuter dans son antre, de grosses écuries comme le Horoya et le Satellite. Mais comment fonctionne cette équipe ? Voici la grande question…

Personne n’est salarié

Pour commencer, c’est d’abord un club de jeunes joueurs dont le plus vieux a 25 ans, et qui est géré à la différence de plusieurs autres clubs de D1 par le district préfectoral de la ville de Dubreka. « Les membres du district et l’équipe ne comptent que sur la préfecture qui parfois fait son mieux en donnant un peu d’argent. Mais même ça parfois, on ne reçoit pas à temps. C’est pourquoi je dirais que la préfecture est très loin de satisfaire l’équipe et les joueurs » déplore le jeune entraîneur de cette équipe.

Il fait bien de le mentionner parce que ni le coach, ni les joueurs ne sont salariés dans cette équipe. « On joue pour l’honneur » aime-t-on souvent dire dans cette ville. Ceux qui évoluent au sein du club, espèrent un jour taper dans l’œil d’un autre club  de D1 pour une nouvelle aventure, tellement les conditions sont au bord de la catastrophe. « Même pour l’entretien des joueurs, c’est après plusieurs combats auprès du district qu’on gagne quelque chose pour mettre à la disposition de mes joueurs » témoigne Idrissa Soumah.

Et la subvention de la Féguifoot ?

Quand on évoque la subvention allouée aux différents clubs par la féguifoot, le coach plonge dans un sourire qui cache son amertume, il tranche, « 50 millions, c’est trop par le nom. Si vous voyez la signature des joueurs, l’achat des paires de crampons, ça coûte trop cher. Si on fait ne serait-ce que deux déplacements par exemple sur Labé et Siguiri, je pense qu’on ne va plus parler de cinquante millions. N’eu été les efforts du district qui a mis beaucoup de pression sur les autorités préfectorales et communales, Soumba allait signer beaucoup de forfaits dans le championnat ».

Moins de 20 euros comme prime

Après les séances d’entraînement à Soumba, les joueurs n’habitant pas la ville perçoivent 15.000 GNF (moins de 2 euros) et les résidents à Dubreka n’ont droit à rien puisqu’ils sont supposés avoir leurs familles sur place. Les primes de victoires qui ne tombent d’ailleurs pas souvent à temps, sont fixées à 150.000 GNF (moins de 20 euros). L’équipe pour ses regroupements, niche dans une salle de la préfecture et les joueurs dorment sur des nattes. Quand il faut se déplacer, c’est dans un minibus occasionnel et restreint au point que certains montent sur le pavillon. Que des scènes extraordinaires !

En Guinée, on évoque la professionnalisation du championnat alors qu’on a encore des équipes comme Soumba qui sombre dans l’ombre des gros noms que sont le Horoya, l’AS Kaloum, le Satellite… beaucoup mieux structurés.

Si l’on peut se réjouir du retour du public au stade du 28 septembre lors des matchs chocs, il ne faudrait surtout pas perdre de vue le fait que le football Guinéen a un long et même très long chemin à faire pour se targuer d’avoir un championnat de « haut niveau ».

Thierno Amadou MAKADJI

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, toute reprise des articles de FOOT224, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Share.

About Author

FOOT 224

FOOT224, un site d'information en continu sur le football guinéen. Retrouvez les statistiques de chaque club guinéen, les interviews d'avant et après match, et tout ce qu'il vous faut sur le syli national de Guinée et les joueurs guinéens évoluant dans les quatre coins du monde.

2 commentaires

  1. The company founded in 1985, has total assets of RMB1.52 billion, occupies a total area of 800,000 square meters, and employs 3,000 staff members, including 98 senior engineers and technicians and 319 mid-level engineers and technicians.